L’épopée du break, racontée par ses plus grandes stars.

#1 Rock Steady Crew – Les premiers pas/p>

La naissance du break a lieu à New York, au cœur du ghetto du bronx, au début des années 70. Des gamins se rassemblent lors de fête pour s’affronter dans des « battle » de danse. Le mouvement est né. Le Rock Steady Crew appartient à ces pionniers du « breaking » et du « bboing ». Aujourd’hui, ses anciens membres, Crazy Legs, Mr Freeze et Doze sont devenus des légendes.

#2 ROCK STEADY CREW – L’histoire s’écrit

L’histoire du groupe de bboys le plus populaire : le Rock Steady Crew.
Avec Crazy Legs, Mr. Freeze and Doze.


#3 ROCK STEADY CREW – L’expansion

L’histoire de la popularisation du break. Né sur les trottoirs du Bronx, le break va se propager jusqu’aux clubs les plus branchés de la ville.
Phénomène confiné dans les ghettos, le break devient de plus en plus populaire. les concours de « battles » commencent à être médiatisés et il va bientôt révolutionner la danse contemporaine et inspirer le cinéma et les artistes pop. La culture bboy se répand à travers le monde.
Avec Crazy Legs, Mr. Freeze, and Doze.

#4 STORM – Le break rebondit à Berlin

Après avoir encaissé le choc du New York City Rap Tour, les jeunes Européens s’emparent à leur tour du break et commencent à rivaliser avec leurs modèles d’outre-Atlantique. Les films comme Flashdance et les clips des Bboys américains font des émules dans les quartiers.
À Berlin, un jeune adolescent qui sera rapidement surnommé Storm (la tempête) enregistre les quelques morceaux d’Afrika Bambaataa et des Soul Sonic Force qui passent à la radio pour pouvoir s’entrainer. A 14 ans, il forme son propre crew, Battle Squad, et passe des heures à tenter de réaliser le « windmill », un mouvement qu’il a vu à la télévision. Cette figure, qui consiste en une rotation rapide et variée avec la tête sur le sol, va vite devenir une obsession. Les combinaisons chorégraphiques de Storm font du bruit sur la scène émergente du breakdance qui, franchit une nouvelle étape en Europe.


4bis STORM – BERLIN BREAK TOUR

Une visite guidée par Storm des lieux cultes de la scène Break berlinoise.
Sorti des ghettos new-yorkais où se déroulaient les premières « battles » de danse entre jeunes noirs et latinos, le break se répand en Europe. Les jeunes Allemands le font entrer dans une nouvelle dimension après la chute du Mur de Berlin.

#6 BENJI – FLEXIBLE STYLE

En France, le New York City Rap Tour influence immédiatement toute une génération « black-blanc-beur » qui émerge sur la scène sociale, politique et culturelle. Les artistes américains qui se produisent dans les clubs des Bains Douche, du Bataclan ou de la Cinquième Dimension surfent sur l’effervescence des radios libres. Sur les ondes de Radio 7, Sydney anime Rappers Dapper Snapper et invite Afrika Bambaataa et les danseurs du Rock Steady Crew dans H.I.P.H.O.P., la première émission entièrement consacrée au hip-hop. Les cultures de la rue, imprégnées par la volonté de se dépasser, le hip-hop conquiert la région parisienne et bientôt l’ensemble du pays. Les graffeurs investissent les terrains vagues de Stalingrad et de La Chapelle, où se déroulent les premières block-parties clandestines. Mais les battles mythiques se déroulent aux Halles à Paris.
Benji a contribué à ses moments cultes et a développé son propre style: le Flexible style, qui est devenu un des styles incontournables du break.


#7 GRAFFITIDANCE – JUNIOR / OREL

Les univers du break et du graffiti, deux piliers du hip-hop, sont extrêmement liés.
Graffitidance met en parallèle les deux disciplines et explore ses codes communs dans un épisode musical et graphique. Avec Junior du Wanted Posse.

#8 Un cours de break avec Mounir

Mounir du Vagabond Crew décortique le rituel de la danse et sa structure chorégraphique.
Des fameux pas du « top rock » qui permettent au danseur de s’approprier la rythmique du morceau musical, aux expressions corporelles au sol qui allient les mouvements les plus acrobatiques au style propre à l’univers du danseur, le break est devenu au fil du temps, une dance technique avec ses propres codes


#9 HONG 10 – En Corée du Sud

Aujourd’hui, les jeunesses urbaines du monde entier se sont emparées du break. Sur tous les continents, la danse s’enrichit du métissage avec d’autres cultures et d’autres styles. Loin des ghettos new-yorkais de ses racines, le break vibre aujourd’hui à Séoul, capitale de la Corée du Sud, où il est devenu une fierté nationale. L’image des B-boys coréens : flexibilité extrême et l’excellence acrobatique.
À l’image de la superstar Hong 10, le break est devenu en Corée un phénomène culturel qui dépasse les frontières du genre pour s’imposer comme un art à part entière. La révolution menée par Hong 10 et les B-boys sud-coréens démontre une nouvelle fois que la culture du break ne connait aucune limite.
Avec Hong 10, tenant du titre de la Red Bull BC One.

TRAILER


Une série documentaire écrite et réalisée par Marc-Aurèle Vecchione
Une coproduction Resistance Films et Arte France
Avec le soutien de CNC Nouvelles écritures et CNC images de la diversité – 2014
International sales Arte France